La Victoria Daimler 1886

Cliquez pour agrandir l'imageIl a bien longtemps ... que je traînais les plans et quelques pièces de cette voiture. Depuis 1981 exactement. Un petit carton m'a suivi et 27 ans plus tard ...ça va se terminer.
Cliquez pour agrandir l'image
Etat des lieux. Pas terrible ! Et quelles soudures !:
Rien ne vaut un mini-chalumeau.


Vous êtes nombreux à me demander les plans de ce joli modèle, les voici en format PDF à télécharger ...


téléchargez, c'est le pied
Cliquez pour agrandir l'imageOn commence par le plus délicat, les roues.
Pas de chance, le contreplaqué s'effrite.
Les 4 étapes: la roue brute, la roue enduite et poncée; une première couche; 3 couches et ponçages intermédiaires.
Cliquez pour agrandir l'imageFaute de roues dentées d'horlogerie qui serviront à l'entraînement des roues arrière, je me suis rabattu sur des pignons de moteur de barbecue trouvés à la brocante. Un carré de bois collé au centre et perçage; une couronne obtenue dans un tube d'alu qui va remplacer celle en plastique. 
Cliquez pour agrandir l'imageSuspension à lames. J'avais collé les lamelles d'où empâtement. J'ai tout démonté, nettoyé et c'est plus agréable à l'oeil !
Et ça fonctionne ... un peu.


Cliquez pour agrandir l'imageModification du cercle d'appui: 2 barres transversales et une barre pour l'axe au lieu d'une seule traverse. Cela me semble plus conforme car avec une seule traverse, le train avant doit basculer ! Cercle d'appui obtenu au tour.
Cliquez pour agrandir l'imageTrain avant avec roue dentée pour la direction; la barre d'attelage n'est pas encore fixée.
Train arrière avec pignons et cerclage : bandes de métal issues d'une boîte de conserve. 
Cliquez pour agrandir l'imagePour changer un peu, confection des lanternes. On passe plus de temps à trouver les matériaux qui peuvent convenir qu'à les fabriquer.
Pour l'aération de la "bougie", vis laiton à tête arrondie de 10; percer avec un foret à centrer, enduire la fente de mastic puis la retravailler au tour.
Pour le "cul", tourillon de bois collé et retravaillé. Le plus long et de scier l'intérieur de cuvette pour vis (ici en inox); mais en laiton ce doit être plus agréable! 
Cliquez pour agrandir l'imageLe moteur en pièces détachées. Beaucoup de bois. Le réservoir, prévu en tôle de 0.4 est lui aussi en bois.
Cliquez pour agrandir l'imageLe moteur terminé avec son carburateur et le pot d'échappement.
Cliquez pour agrandir l'imageLes pignons d'entraînement (toujours les engrenages de moteur de barbecue; les poulies d'entraînement : engrenages d'horlogerie dont les pignons ont été limés et cerclage en laiton avant soudure à l'étain; la direction qui pourrait devenir fonctionnelle.
Cliquez pour agrandir l'imageLe châssis. Devant les "monstruosités" commises il y a bien longtemps, j'ai tout recommencé en profilés de laiton.
Cliquez pour agrandir l'imageSoudure du support de radiateur: les deux pattes seront ensuite courbées à l'angle nécessaire.
Pour souder les axes , enfler la tige de laiton.
Cette partie arrière est collée, après réglage et peinture, sur les deux pattes arrière du châssis: deux petits clous enfilés pour assurer le positionnement et la solidité.
Cliquez pour agrandir l'imageLes différents éléments du système de freinage.
Deux sabots en bois viennent s'appliquer sur le roues arrière.
Le conducteur peut actionner leur déplacement grâce à une manivelle qui entraîne une tige filetée agissant  sur une tige pour rapprocher ou éloigner les sabots.

quelques détails

Cliquez pour agrandir l'imageLes dessous de Victoria.
Le porte-radiateur est fixé et l'axe portant les roues centrales et les pignons sont en place.
Le réservoir a été collé sous le siège avant; et la liaison avec le moteur assurée par un bout de gaine de fil électrique. Le moteur est collé dans son berceau.
On peut coller les courroies , bandes de papier à dessin marron : petite couche de vernis pour imiter le cuir.
Cliquez pour agrandir l'imageLe moteur. La boîte du brûleur est ouverte; au-dessous, le cylindre; à droite le carburateur.
Cliquez pour agrandir l'image
  • le carter du moteur et sa poulie qui reçoit les courroies : la poulie motrice est normalement constituée de 4 poulies indépendantes: celles du milieu sont folles, les deux autres solidaires du vilebrequin.
  • les freins : sabots de bois sur support laiton, mécanique avec manivelle terminée par une poignée en bois.
La tringle qui relie les deux sabots est coupée au niveau du milieu du palier de droite afin de faciliter le montage.
Cliquez pour agrandir l'image
Lanternes avec porte-lanternes, banquettes capitonnées, poignée de la mécanique de freinage, direction avec poignées en bois, poignée de droite pour aider à l"ascension !.
Cliquez pour agrandir l'image
Le système de direction avec plateforme et cercle d'appui.
En avant, deux branches (ctp) maintiennent la barre d'attelage : on ne sait jamais où va s'arrêter la course !

un petit tour ... autour de Victoria.

Cliquez pour agrandir l'image
à droite
Cliquez pour agrandir l'image
de face
Cliquez pour agrandir l'image
à gauche
Cliquez pour agrandir l'image
à l'arrière avec le radiateur
Cliquez pour agrandir l'image
et dessus
Cliquez pour agrandir l'image

et pourquoi pas ... un jour ...



Mais voici que me vient une idée: pourquoi ne pas reconstruire cette voiture, ou tout au moins quelque chose lui ressemblant, en lui ajoutant un moteur à vapeur !

image trouvée sur: www.mesminiatures.com

Et ... j'ai oublié que c'était fait ... à voir ci-contre en cliquant sur le lien.


Cliquez pour agrandir l'image

naviguez sur le site et ... prenez la route!


Des petites voitures j'en ai construites mais jamais je n'avais imaginé le chantier qui m'attendrait un jour.

C'était à TAHAA, je venais de me faire "rouler", la 2 CV d'occasion livrée rutilante cachait un châssis et une carrosserie gangrenés et ... au premier nid de poule ... Alors, châssis de récupération en bon état celui-là et en avant pour l'improvisation  !

Et PROSERPINE fit son effet de nombreuses années sur les routes de TUBUAI où elle nous suivis.
Cliquez pour agrandir l'image


Pour me faire plaisir, une autre vue de PROSERPINE.

L'arrière était quand même plus réussi que l'avant. Le plancher et la carrosserie était en CTP avec quelques ajouts récupérés sur l'original ou à la casse: ailes, capot arrière. Cette fois le volant était bien fixé : avant l'effondrement total de la "bête", le volant m'était resté dans les mains ! Sacré vendeur dont je vous tairais la profession ...

Ce qui n'avait pas changé, c'était le doux ronronnement du moteur que tout le monde connaît.


Copyright (C) 2008-2019- Tous droits réservés.albums mis à jour le : mardi 18 juin 2019